YO.BASTONI – « REVIVAL POP-ART » à ST’ART – STRASBOURG sur le stand de la GALERIE LES TOURNESOLS – ...
[YO BASTONI] - [Art Annonces] - [Du Vendredi 23 Novembre 2012 au Lundi 26]

Yo Bastoni. Son nom claque au vent comme une bannière artistique flottant en toute liberté.Le rapport entre l’intensité et l’épure, l’exubérance et la simplification. L’oxymore est à l’œuvre et contamine son art de  marier les contraires et détourner les icônes. Elle ouvre le ballet avec ses agneaux NOOXY. Sommes-nous dans la Ferme des animaux d’Orwell, la Comédie Humaine de Balzac ? le jardin enchanteur de l’enfance ?  Tout est ouvert.

Libre à  chacun de projeter ses propres images et réminiscences même si le côté joyeux, coloré, sensuel « pêchu » de Yo Bastoni prédispose plutôt au bonheur qu’à la torpeur. Son tempérament est plus proche de Niki de Saint-Phalle que de Louise Bourgeois.

 Au delà des apparences d’un art de séduction,  Yo Bastoni travaille  aussi sur l’ambiguïté des codes de représentation -elle est en cela très proche du Pop art avec ses égéries.  Elle a baigné dans l’univers de Warhol et David Bowie.

Son bestiaire « ni anges, ni bêtes », allégorie du monde actuel où tout agneau attend le loup fait écho à ses « Lolly Pop » ou à ses Buxy, interprétation du logo de Playboy en 3D. Il fallait y penser pour jouer avec une autre dimension, celle de la féminité et de ses attributs. Surgit « Initials B.B. » inspirée d’une célèbre pin-up posant dans le cockpit d’un bombardier B52. On pourrait frôler le kitsch du camionneur avec sa petite poupée qui lui tient compagnie dans sa cabine mais Yo Bastoni s’en sort avec des pirouettes et le détournement. Du bombardier à la bombe sexuelle, le pas est vite franchi. Sauf que Brigitte Bardot n’hésita pas non plus à  ne pas se laisser enfermer là où l’on voulait l’enfermer. Il en est de même avec Yo Bastoni : sa solide maîtrise de son métier d’artiste,  son travail acharné, sa capacité à produire des œuvres séduisantes  n’occultent pas sa propension à jouer et à jongler avec les fantasmes de tout poil. Donc ses lapins sont de drôles de zèbres, et ses anges WIZ’U tout en tendresse attendent le diable.

Elle aime se remettre en question et être là où on ne l’attend pas. Elle nous délivre son message sous forme de métaphore, avec sa collection de fourmis géantes

« THE YES#SENSIS MOVING »

 

Brigitte Camus, écrivain critique d’art, éditions Gallimard.

 

RETROUVEZ L’ARTISTE

du 23 au 26 NOVEMBRE 2012

ST’ART STRASBOURG – STAND GALERIE LES TOURNESOLS et en permanence à la Galerie à  VICHY/SAINT-ETIENNE

www.galerie-les-tournesols.fr



Commentez cette page


All Art On Line .com


Advertising





Publicité