Exposition de peintures abstraites d'Eliora Bousquet
[Eliora BOUSQUET] - [Art Annonces] - [Mercredi 1st, Juin 2011]

1-5 Juin 2011 : Galerie In My Room - Paris 75009 - FRANCE
Exposition personnelle de peintures abstraites d'Eliora Bousquet

Dates et horaires : 
 du Mercredi 1er au Dimanche 5 Juin 2011 inclus (Pont de l'Ascension)

 Ouverture du Mercredi au Samedi de 11h30 à 13h30 et de 14h30 à 19h00
 ... et le Dimanche, de 13h00 à 19h00

Lieu : Galerie d'art IN MY ROOM - 32, rue Rodier - 75009 PARIS
 Tél : 01 42 00 23 59 - Site internet - Plan d'accès en ligne - Plan à imprimer (Mobbee)
 M° : 
Station "Cadet" (L.7) ou "Notre Dame de Lorette" (L.12) >>> Plan du métro
 Parkings à proximité : "Square d'Anvers" et "Square Montholon"

 Bus : Lignes 48 et 42, station "Cadet" >>> Plan des bus parisiens

Plus d'informations : http://www.e-bousquet.com/Parcours/Expos-en-cours-ou-a-venir
Voir un extrait vidéo de la collection présentée :
http://www.youtube.com/watch?v=5OywrwgMadY&feature=mfu_in_order&list=UL

 

Présentation de la collection « Evanescence » :

 

Quelle étrange chose que la vie, qui naît dans un souffle pour s’éteindre dans un soupir… Et si, entre ces deux extrêmes, tout n’était que « vent » et illusion, si toute chose naissait condamnée à s’évanouir, avant de disparaître en fumée ? L’air… le vent ‐ dont on sait qu’il souffle où il veut ‐ sont à l’origine de cette collection, qui chante l’impermanence des choses, la fragilité ‐ et donc la beauté ‐ d’une vie éphémère, d’où son nom : « Evanescence ».

 

Techniquement, bien que basée sur le travail de la matière ‐ la vie ‐ pour créer des effets de volumes, cette série de tableaux a été réalisée toute en douceur et légèreté, comme à l’aquarelle, afin de laisser la plus grande place à l’émotion, car c’est une ode à la lumière. La vie comme un lavis…. La vie dont chacun parle de long en large, moi je la peins de bas en haut… Dans chacun de mes tableaux, les mouvements verticaux sont permanents, comme si ma peinture cherchait à s’affranchir de l’apesanteur… En effet, lorsque je peins, comme dans la vie, j’ai beau avoir la tête dans les nuages, m’accrochant à mes rêves d’infini, je garde pourtant les pieds sur terre, bien ancrés dans la réalité tangible. Une réalité où la peinture a le don de combler le vide. Là, comme une corde qui s’étire et s’étire encore entre ciel et terre, bien que sachant qu’elle finira par casser, je me sens comme écartelée entre une vie dont je rêve, tout là‐haut, et une autre, ici‐bas, dont je ne saurais me passer, car j’ai le devoir de la vivre… Peut‐être est‐ce pour cela que mes mouvements de pinceaux, tels les tracés aigus et rapides d’un électrocardiogramme oscillant du point « N » au point « M », font des allers‐retours saccadés permanents entre le nord et le sud puis le sud et le nord de chaque toile. Si la vie, elle‐même, est faite de hauts et de bas, l’harmonie peut et doit naître de l’union de ces contraires…

 

Les reflets sur l’eau sont aussi omniprésents dans mes tableaux. Sans doute, parce que la collection « Evanescence » m’a été inspirée par le poème « Le lac » d’Alphonse de Lamartine : « Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, dans la nuit éternelle, emportés sans retour, ne pourrons‐nous jamais sur l'océan des âges, jeter l'ancre un seul jour ? (…)Ô temps, suspends ton vol ! Et vous, heures propices, suspendez votre cours ! Laissez‐nous savourer les rapides délices des plus beaux de nos jours ! (…) Aimons donc, aimons donc ! De l'heure fugitive, hâtons‐nous, jouissons ! L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive ; il coule, et nous passons ! (…)»

Ce lac, qui nous conduit d’une rive à une autre, je l’imagine bordé de roseaux, de ces roseaux qui servent à écrire les textes sacrés, de ces roseaux « pensants » fragiles et pourtant si forts, dont Monsieur deLa Fontainedisait que toujours ils plient… mais jamais ne rompent ! Stylisés dans presque tous mes tableaux sous la forme de longues tiges ressemblant à des plumes d’oiseaux, ils signent une collection toute en symboles.

 

Parce qu’elle pose des questions existentielles, « Evanescence » est une collection romantique, au sens littéraire du terme. Cependant, aucune place n’est ici laissée au désespoir : les traînées de couleurs « suintantes », « dégoulinantes », donnant l’impression d’un rêve qui s’évanouit, ne sont pas des larmes, ni l’empreinte d’un coeur qui saigne… J’utilise, au contraire, toutes les couleurs de l’arc‐en‐ciel, pour mieux clamer ces mots : « Carpe Diem ! Profitons du jour présent, car si le temps court, la vie, elle, s’envole ! ».

 

Découvrez tous mes tableaux et autres collections sur internet : http://www.e-bousquet.com

 

(Copyright texte et peinture : Eliora Bousquet ‐ Tous droits réservés ‐ reproduction, même partielle, interdite ‐ 03/2011)




Commentez cette page


All Art On Line .com


Advertising





Publicité