Daniel Thys ou 40 ans sur les chemins de l'amitié
[Jerry Delfosse] - [Art Galerie] - [Mercredi 24th, Février 2010]

L’Espace Art Gallery a le plaisir de vous présenter du 24/02/2010 au 14/03/2010 l’exposition « 40 ans sur les chemins de l’amitié ». Le vernissage a lieu le 24/02 de 18 h 30 à 21 h 30 et l’exposition du mardi au samedi inclus de 11 h 30 à 18 h 30.

 

 

DANIEL THYS (Be)

40 ANS SUR LES CHEMINS DE L’AMITIE 

La fascination du réel. 

On peut compter les bouteilles dans l’étalage du beau magasin de la rue de Guérande, ou les feuilles des arbres autour de la patinoire du Bois de la Cambre, la figure soucieuse et pensive de la jeune demoiselle au marché d’un village en Algarve…. 

Surprend et fascine ici, une très grande précision qui n’est jamais gratuite. Les images en noir et blanc de Daniel Thys n’ont rien de systématiques. Qu’est-ce donc qui les relie ? Peut-être le regard des personnages mis en scène ?

 

Daniel Thys saisit dans l’instant ce qu’il évoque et cette évocation possède une telle force, un réalisme tellement vrai, que l’on souhaiterait tout aussi tôt prendre connaissance de l’avant et de l’après. En outre, un élément paradoxal surgit : malgré la netteté des images et leur réalisme, le moindre détail accroche l’attention, d’étranges lumières apparaissent et l’on souhaiterait ardemment que tous les personnages, les murs, ou les briques nous adressent la parole, à nous les observateurs. Heureusement veille l’imagination et l’on comprend chaque image en faisant appel à toutes sortes de réalités, que cet artiste à l’art de rendre tellement vivantes, même si les images qui suivent semblent parfois hétéroclites, un fil rouge les unit, les thèmes abondent qui bousculent les époques et les événements de nombreuses vies, dites ordinaires et nous fait voyager de part le vaste monde. Nulle volonté de magnifier, d’enchanter, d’embellir et voilà qu’apparaît peut-être un certain paradoxe, la beauté des images rejoint la véracité de la vie tout court. 

 

Autres caractéristiques de ces dessins, tiennent en ce qu’elles interrogent constamment, elles n’ont rien de définitif, elles ne constituent qu’un instant de la vie. Daniel Thys referait-il le monde à sa façon ? Peu importent, ses sources, l’essentiel est là ! L’artiste célèbre ses visions dans tous ces états, mais sans concession et ce n’est pas à propos de son travail que l’on pourrait se remémorer le vers de Verlaine «  la vie est là, simple et tranquille », c’est au cœur des vies et de villes ardentes, à la fois misérables et belles que nous plonge l’univers de cet artiste. Bien entendu, ces dessins minutieux sourdent de photos bien réelles, mais qu’importe si ces œuvres c’est la démarche qu’elles proposent) peuvent paraître avoir été créées à contre courant de certaines créations contemporaines, l’essentiel est qu’elles affûtent l’œil et proposent réflexions, exaspérations ou sourires. 

                                                                                                                      Jacques Izoard

 

 

A voir du 24/02/2010 au 14/03/2010 au 35 rue Lesbroussart à 1050 Ixelles.

Ouvert du Mardi au Samedi inclus de 11 h 30 à 18 h 30.

Et sur rendez-vous le dimanche.

Plus d'infos : http://www.espaceartgallery.be et

http://artsrtlettres.ning.com/profile/EspaceArtGallery?xg_source=profiles_memberList

Mail de la Galerie: eag.gallery@gmail.com




Commentez cette page


All Art On Line .com


Advertising





Publicité


File Attachment Icon
T-13601.jpg