L'Impressionnisme
[ArtsCad] - [Site Artiste] - [Vendredi 8th, Aout 2008]

Impressionnisme

L'impressionnisme est uneécole picturale française qui se manifesta notamment, de 1874 à 1886, par huit expositions publiques à Paris et qui marqua la rupture de l'art moderne avec l'académisme. L'impressionisme est caractérisé par une tendance à noter les impressions fugitives, la mobilité des phénomènes plutôt que l'aspect stable et conceptuel des choses.

Introduction

Dès sa création, sous le règne deLouis XIV en France, l’Académie royale de peinture et de sculpture privilégiait l’enseignement du dessin. Car celui-ci pouvait se définir dans un corps de doctrine bien structuré pour lequel la copie des modèles de la sculptureantique constituait la référence à l’idéal de beauté. Lacouleur, considérée depuisAristote comme un accident de lalumière, se prêtait beaucoup moins bien à une pédagogie structurée. Aussi n’était-elle pas, à l’époque, enseignée au sein de l’Académie elle-même, mais dans des ateliers extérieurs à celle-ci.

Ce sont les avancées successives de la science qui, apportèrent une meilleure connaissance de la constitution de la lumière blanche. La décomposition de la lumière par le prisme deNewton (1642-[1727) va ouvrir la porte à la théorisation des rapports de couleurs. Un cadre conceptuel est ainsi créé que d’autres chercheurs approfondiront (Buffon, 1707-1788, notamment).

Mais, en France encore, ce fut lechimisteChevreul (1786-[1889) qui, par ses travaux à laManufacture royale des Gobelins, arriva à mettre en évidence et à quantifier les rapports des couleurs par saloi du contraste simultané des couleurs de 1839: « dans le cas où l’œil voit en même temps deux couleurs qui se touchent, il les voit les plus dissemblables possibles » et la conséquence de cette loi : « lorsqu’une des deux couleurs est lacomplémentaire de l’autre, elles doivent différer davantage ». On touche ici aux propriétésorganoleptiques des couleurs. En 1881, le physicien américainOgden Rood publie en français l’ouvrage « Théorie scientifique des couleurs, ses applications à l’art et à l’industrie », paru en anglais deux ans plus tôt, à la fois traduit et inspiré parAnne Charlotte De Lacour.

Cette nouvelle vision aura un impact important sur les scientifiques et aussi sur les artistes. Des peintres rebelles au carcan de l’enseignement académique (l’influence d’Ingres, 1780-1867, dessinateur incomparable, est manifeste sur les sensibilités du milieu artistique de l’époque) vont se laisser séduire par cette ouverture dans un domaine jusque-là non maîtrisé scientifiquement. Ils vont expérimenter les oppositions decouleurs primaires etcomplémentaires pour exalter la pureté des couleurs et ainsi donner un éclat plus lumineux à leurs toiles.

Le mélange optique dans l’œil va remplacer le mélange des piments sur la palette (surtout chez lesnéo-impressionnistes). La couleur, chez ces peintres, accédait à la primauté des moyens de réaction. C’est par la juxtaposition des couleurs pures en touches fragmentées qu’ils voulaient arriver à créer ce qui jusqu’alors était attendu uniquement du dessin: la composition, le volume, la perspective, la traduction des émotions.

Les impressionnistes étaient nés.

Origine du nom

Inspiré par le BritanniqueJoseph Mallord William Turner et l'AméricainWhistler,Monet joue un rôle important dans la genèse de cette nouvelle peinture.
« Du soleil dans la buée et, au premier plan, quelques mâts de navire pointant. » Monet appelait ça « une chose », faite au Havre, de sa fenêtre d'un hôtel. Après l'avoir adressée à l'exposition de1874, il fut bien embarrassé quand on lui demanda un titre pour le catalogue : « Ça ne pouvait vraiment pas passer pour « Le Havre » ; je répondis : ' Mettez Impression.' On en fit « Impressionnisme » et les plaisanteries s'épanouirent. »
Louis Leroy, critique d'art auCharivari, dans un article acerbe envers le tableau, créa le terme d'impressionniste que les peintres du groupe reprirent à leur compte lors de leurs expositions suivantes.

Méthode

Les peintres impressionnistes, qui se veulentréalistes, choisissent leurs sujets dans la vie contemporaine, dans un quotidien librement interprété selon la vision personnelle de chacun d'eux. Travaillant « sur le motif », comme souvent les peintres de l'école de Barbizon, comme certains paysagistes anglais, commeBoudin ouJongkind, ils poussent très loin l'étude du plein air, font de lalumière l'élément essentiel et mouvant de leur peinture, écartant les teintes sombres pour utiliser des couleurs pures que fait papilloter une touche très divisée. Peintres d'une nature changeante, d'une vie heureuse saisie dans la particularité de l'instant, ils sont indifférents à la recherche, chère aux classiques (et dévoyée par les académistes), d'un bel idéal et d'une essence éternelle des choses. Parmi les principaux représentants du courant impressioniste il faut citerPissarro etSisley, qu'accompagnent d'autres artistes dont les personnalités respectives évolueront de façon nettement distincte :Auguste Renoir,Paul Cézanne,Edgar Degas,Berthe Morisot,Armand Guillaumin,Édouard Manet,Cassatt,Caillebotte, etc. ainsi queFrédéric Bazille qui mourut avant la reconnaissance du mouvement.

Alors queCamille Corot prétendait rester étranger au mouvement, il est souvent considéré comme le premier impressionniste :

« Il y a un seul maître, Corot. Nous ne sommes rien en comparaison, rien » Claude Monet, 1897. « Il est toujours le plus grand, il a tout anticipé... »Edgar Degas, 1883.

L'impressionnisme est un point de départ pourGeorges Seurat etPaul Signac, maîtres dunéo-impressionnisme, pourPaul Gauguin,Henri de Toulouse-Lautrec,Vincent Van Gogh ainsi que pour de nombreux « postimpressionnistes », enFrance et à l'étranger commeJean Peské.

Le terme d'impressionnisme est aussi employé, par extension, dans le domaine de la littérature, pour caractériser par exemple les romans du chantre de Monet,Octave Mirbeau, qui sont marqués au coin de la subjectivité. Il gagne même la critique musicale (1887), qualifiant les œuvres deClaude Debussy et, plus généralement, celles de tous les compositeurs préoccupés par la perception subjective des couleurs sonores et des rythmes  :Ravel,Dukas,Satie,Roussel, etc. Les musiciens impressionnistes mirent à l'honneur la liberté de la forme, de la phrase et du langage harmonique.

L'impressionnisme se singularise par le fait que l'on peut parler de l'œuvre sans avoir besoin de références extérieures, à la différence de l'art antique qui est basé sur lamythologie, et de l'art roman destiné à diffuser une idéologie. Citons en exemple le tableau Olympia de Manet qui explore un thème traditionnel mais de manière choquante pour cette période :Vénus est représentée endemi-mondaine de l'époque et le peintre travaille uniquement la peinture (Couleurs). Cet « amimétisme » (vision non réaliste) fera sa naissance avec l'art moderne.

 

Thèmes et composition

Jan Steen, La Fête de saint Nicolas (1665-1668), Rijksmuseum, Amsterdam
Jan Steen, La Fête de saint Nicolas (1665-1668), Rijksmuseum, Amsterdam

Avant l'apparition de l'impressionisme d'autres peintres, notamment les Hollandais duXVIIe siècle tels queJan Steen, s'étaient intéressés à des sujets de la vie courante, tout en conservant une approche traditionnelle de la composition. Celle-ci était conçue de manière à placer le sujet principal au centre du regard de l'observateur. Les impressionistes assouplirent l'opposition entre sujet et arrière-plan, si bien que l'effet produit par une toile impressioniste ressemble souvent à un cliché, à un fragment d'une réalité plus vaste capturé comme par l'effet du hasard. Laphotographie gagnait en popularité; le poids des appareils diminuant, les clichés devinrent plus spontanés. La photographie encouragea ainsi les impressionistes à capturer l'instant, non seulement dans la lumière mouvante du paysage mais aussi dans la vie quotidienne des gens.

Edgar Degas, La Classe de danse (1874), Musée d'Orsay, Paris
Edgar Degas, La Classe de danse (1874), Musée d'Orsay, Paris

Une autre influence importante fut celle des estampes japonaises (Japonisme), qui étaient arrivées en France à l'origine sous la forme de papier d'emballage. La technique de ces estampes contribua de manière importante au choix d'angles « photographiques » et de compositions non conventionnelles, qui devaient devenir une des caractéristiques du mouvement impressioniste.

Edgar Degas était passionné de photographie et collectionnait les estampes japonaises. Sa toile La classe de danse témoigne de ces deux influences par sa composition asymmétrique. Les danseuses du premier plan à gauche semblent avoir été prises sur le vif, dans des postures peu apprêtées, et le coin inférieur droit de la toile est occupé par une vaste surface de plancher vide.




Commentez cette page


All Art On Line .com


Advertising





Publicité