L'Evénement de la rentrée de Girls at Work : Women World Rêverie
[Girls At Work] - [Jeudi 15th, Septembre 2005]

L'Evénement de la rentrée de Girls at Work :Women World Rêverie

Le film d'hommage aux femmes du cinéma d'avant-garde des années 40 à aujourd'hui.

Après le succès de l'exposition de Juin et du vernissage festif du 26 Mai 2005 dans une galerie du quartier Bobo du Canal de Valmy (cf photos et vidéos sur le site web), Girls at Worksurprend encore à la rentrée avec une présentation toujours collective d'artistes mais cette fois en audiovisuelle.

Il sera présenté en exclusivité dans la cadre de la 8ème édition des Rendez-vous Electroniques de Technopolele Jeudi 15 Septembre 2005 à l'Entrepot (14°) à 20H, et le Vendredi 21 Octobre au Palais de Tokyo dans une ambiance artistique ET festive !

Le film Women World Rêverie commence avec 'Deux fois' de Jackie Raynal, une parodie des Contes et un titre référant au refus de croire à 'Il était une fois...'. La libération de la femme à la fin des Seventies contribue au mouvement de 68. Une libération pour la femme mais aussi pour l'art : les jeunes cinéastes expérimentent avec ce désir de changer le visage du cinéma français, l'idée de conquérir la liberté de faire, de sortir de la passivité de la société du spectacle, et d'exercer dans plusieurs domaines, sans pour autant être professionnel.
Ainsi s'ouvre 'Women World Rêverie' par la phrase mythique de Jackie Raynal qui annonce 'Cette soirée sera la fin de la signification'. Les quatorze cinéastes femmes réunies bousculent les règlent : Jackie représente le label Zanzibarde 68 dont les aspirations consistent à supprimer l'image, revenir à zéro, rejeter l'idée traditionnelle de l'auteur, réveiller les consiences, et reconnaître la créativité de chaque individu. Jackie Raynal, un minimalisme et une sobriété extraordinaires notament par le noir et blanc, une démarche expérimentale avec par exemple la descriptiondes plans en tout début de film.

La nature du film lui même suit la démarche expérimentale : la narration est rejetée comme un élément conventionnel, et l'improvisation est privilégiée. A tel point que les acteurs sont des témoins qui font appel aux spectateurs.
Ainsi le film laisse une grande part d'interprétation, avec un fil narratif qui est celui de la muse des années 40 Maya Deren, mais utilisant les symboles de Freud comme des référents communs qui parlent à chacun en fonction de leur expérience (couteau, téléphone, et la fleur métaphore de la virginité) ou de leur connaissance des emblêmes féminins (voiles, oeil, fumée, miroir, perle...).
Le film embarque dans une rêverie, une invitation à une contemplation historique, emblématique et fictionnelle de la création féminine réunie.
La nécessité de 'revenir à Zéro', chère à Godard, est proposée par le travail du lien entre l'image et la mélodie violente et sensuelle de la harpe électrique, le retour au début du cinéma muet, une façon aussi de déclancher des émotions, la nostalgie, la mélancolie, le romantisme, le féminin, et d'insister sur l'ésthétique de l'image.
Jackie Raynal introduit une notion essentielle du film correspondant aussi à l'esprit 68 qu'elle incarne : l'altérité et les différences de chacunes des 14 réalisatrices et de leurs images. C'est à cette période aussi que la pelliculle remplace la toile et qu'il y eu des échanges et des liens très forts entre peintre et cinéastes. Les peintures en mouvement, les corps de femmes, le fantasme de l'image de Marcelle Thiracheoffre un abstrait qui se regarde longtemps pour nous plonger dans l'intimité de Carole Contant, la poésie de Martine Rousset et Gisèle Rapp-Meichler, le voyage de Viviane Ostrovsky et Agathe Dreyfus, l'enfermement et la névrose d'Ivora Cusak, le scratch de l'image par Frédérique Devaux, la sensualité de l'objet de Nathalya Lhyak et finir sur le bouquet final orchestré par Rose Lowder et ses effets stroboscopique d'un tissage image par image de fleurs.

'Women World Rêverie' est une invitation à la découverte de 14 femmes et du cinéma expérimental comme moyen d'expression.

Cécile ARGY


 http://www.girlsatwork.org




Commentez cette page


All Art On Line .com


Advertising





Publicité